LES LOIS ANTITERRORISTES

Pour faire supprimer un contenu qui bafoue vos droits, utilisez le service mis en place par le cabinet Murielle-Isabelle CAHEN.

/ Octobre  2020 /

La loi du 13 novembre 2014 renforce les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme . Un des principaux décrets d’application, publié le 14 janvier 2015, met en place l’interdiction de sortie du territoire des ressortissants français projetant de participer à des activités terroristes à l’étranger. D’ autres mesures abordent cette lutte permanente.

La loi s’accompagne d’un décret du 14 janvier 2015 relatif à l’interdiction de sortie du territoire des ressortissants français projetant de participer à des activités terroristes à l’étranger. Il prévoit les mesures d’application réglementaire des articles 1er et 2 de la loi du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme.

La nouvelle loi antiterroriste du 13 novembre 2014 met en place des mesures préventives qui, comme le rappelle la direction de l’information légale et administrative, vise à prévenir que « certains ressortissants ne se radicalisent à l’étranger et risquent de présenter une menace à leur retour en France ».

Elle met en place, entre autres, encadre et condamne désormais certains actes en renforçant notamment la répression de l’apologie du terrorisme et de la provocation à des actes de terrorisme, incluant notamment dans le Code pénal les délits de provocations à la commission et l’apologie de tels actes.


Besoin de l'aide d'un avocat pour un problème de droit ?

Téléphonez nous au : 01 43 37 75 63

ou contactez nous en cliquant sur le lien


La loi antiterroriste étend également les mesures imposées aux fournisseurs d’accès à internet en 2004, à ces actes.

Ceci étant, la loi s’accompagne également d’un décret du 14 janvier 2015 relatif à l’interdiction de sortie du territoire des ressortissants français projetant de participer à des activités terroristes à l’étranger. Il prévoit les mesures d’application réglementaire des articles 1er et 2 de la loi du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme.

Elle précise les modalités de délivrance du récépissé valant justification de l’identité qui sera remis aux personnes qui font l’objet d’une décision d’interdiction de sortie du territoire français. Il fixe les conditions selon lesquelles la personne visée par une interdiction de sortie du territoire pourra, à l’issue de la mesure, obtenir la délivrance d’un nouveau titre. Il prévoit que l’autorité chargée de notifier aux entreprises de transport la décision d’interdiction de sortie du territoire est le ministre de l’Intérieur.

Comme le rappelait le Sénat à l’aube du projet de loi, ces textes ont « pour objet d’adapter la législation relative à la lutte contre le terrorisme afin de prendre en compte des évolutions inquiétantes, qui concernent la nature des actes et le comportement des auteurs [en renforçant] les moyens de lutte contre la propagande terroriste, tant sur le plan de la procédure pénale qu’en matière de police administrative ».

Il convient donc de se pencher sur l’articulation de ses mesures (I) au regard des évènements récents (II).

Depuis 2015 la menace terroriste s’est considérablement accentuée. C’est pourquoi il a fallu renforcer la législation en vigueur afin de prévenir au maximum le risque d’attentat. Le 24 juillet 2015, la loi n° 2015-912 relative au renseignement a été promulguée. Cette loi permet d’encadrer les techniques d’accès à l’information opérées par les services de renseignement. Cette loi définit une procédure spécifique qu’ils doivent respecter pour agir dans un cadre légal.

Le 22 mars 2016, la loi n° 2016-339 relative à la prévention et à la lutte contre les incivilités, contre les atteintes à la sécurité publique et contre les actes terroristes dans les transports collectifs de voyageur a été adoptée. On le sait les terroristes privilégient la plupart du temps les lieux où se réunissent beaucoup de personnes pour commettre leurs crimes.

Il est donc primordial de protéger ces lieux de vie indispensable au fonctionnement de la société. Cette loi autorise dans ce contexte les agents des réseaux de transports publics (RATP et SNCF) à effectuer des palpations de sécurité, des fouilles de bagages et des inspections visuelles de façon générale et aléatoire.

Le 3 juin 2016, la loi renforçant la lutte contre le crime, le terrorisme et leur financement et améliorant l’efficacité et les garanties de la procédure pénale est promulguée. Cette fois-ci la loi permet au droit français de se doter d’un arsenal juridique beaucoup plus adapté et plus important dans la lutte contre le terrorisme.

Elle octroie ainsi aux juges et aux procureurs de nouveaux moyens d’investigation. Les perquisitions de nuit sont désormais possibles grâce à cette loi dans les domiciles des personnes présentant un risque potentiel en matière de terrorisme et en cas de risque d’atteinte à la vie. Le texte permet également le renforcement des contrôles d’accès aux lieux accueillant des grands événements. Il améliore le dispositif protégeant les témoins menacés et durcit les conditions pour acquérir et détenir une arme.

Le 28 février 2017, une loi est promulguée pour permettre aux forces de l’ordre d’agir contre le terrorisme dans de meilleures conditions, avec des armes beaucoup plus efficaces et modernes. Leur sécurité juridique est également renforcée.

Leur identité est ainsi mieux protégée. Les sanctions pour les faits de rébellion de menaces ou de refus d’obtempérer sont aussi alourdies. Le 30 octobre 2017, une loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme est promulguée.

Certaines mesures qui avaient été adoptées par l’état d’urgence sont supprimées comme la possibilité de fermer des salles de spectacles, débits de boissons et lieux de réunion et l’interdiction de manifester.  Cette loi se concentre également sur la lutte contre la radicalisation et favorise la politique des repentis.

Il faut préciser aussi que ces lois bien qu’essentielles doivent se concilier avec les droits de l’homme. C’est pourquoi après avoir été saisi de 4 questions prioritaires de constitutionnalité le Conseil Constitutionnel a rappelé que les interpellations et vérifications opérées par les forces de l’ordre doivent exclure toute discrimination. Sont visés notamment par le Conseil Constitutionnel les contrôles au faciès.

Le 14 novembre 2015, un décret déclarant l’état d’urgence a été adopté. Ce texte prévoit aussi quelques mesures supplémentaires pour lutter contre le terrorisme comme les restrictions de déplacements qui peuvent être adoptées par le préfet, l’interdiction de séjour pour certaines personnes susceptibles de créer un trouble à l’ordre public. Ensuite entre le 20 novembre 2015 et le 11 juillet 2017 4 lois prolongeant l’état d’urgence ont été promulguées. Ces différentes lois ont également permis l’adoption de certaines mesures pour renforcer la lutte contre le terrorisme.

 

Pour lire la suite, cliquez sur ce lien

retour à la rubrique 'Autres articles'

Cet article a été rédigé pour offrir des informations utiles, des conseils juridiques pour une utilisation personnelle, ou professionnelle.

Il est mis à jour régulièrement, dans la mesure du possible, les lois évoluant régulièrement. Le cabinet ne peut donc être responsable de toute péremption ou de toute erreur juridique dans les articles du site.

Mais chaque cas est unique. Si vous avez une question précise à poser au cabinet d’avocats, dont vous ne trouvez pas la réponse sur le site, vous pouvez nous téléphoner au 01 43 37 75 63.

| Conditions d'utilisation du site: IDDN | | Contacts | Plan d'accès | English version |
| C G V | Sommaire | Plan | recherche | Internet | Vie des sociétés | Vie quotidienne | Services en ligne | Votre question? |
Connexion sécurisé ssl 256
Nous joindre - Tel : 0143377563
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront de vous proposer des contenus intéressants, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et d’effectuer des statistiques. Voir notre politique de gestion données personnelles.
Partager
Suivre: Facebook Avocat Paris Linkedin Avocat Paris Tumblr Avocat Paris Twitter Avocat Paris Google+ Avocat Paris App.net portage salarial RSS Valide!
Retour en haut