LOI SUR L'INIATIVE ECONOMIQUE : CE QUI CHANGE POUR LES CREATEURS D'ENTREPRISES

La loi ne fixe plus de capital minimum pour les SARL, celui-ci est donc selon le nouvel article L.223-2 du Code de commerce fixé librement par les statuts. Il s'agit là de l'un des faits marquants et révolutionnaire de la loi sur l'initiative économique.

Ceci permet de créer une entreprise avec moins de moyens, cependant il faut se méfier car une société avec un capital social faible aura une moins grande crédibilité financière.La loi sur l'initiative économique sera pleine de nouveauté. Parmi celles-ci nous pouvons citer les suivantes : I. Les (nouvelles) mesuresEn France, la création d'entreprise est très règlementée.

Il faut choisir entre plusieurs formes de sociétés qui répondent à plusieurs conditions différentes, conditions qui ne sont pas faciles à appréhender dans un premier temps et à remplir dans un seconde temps. Cette complexité décourageait dans la déclaration des entreprises et rendait délicat la protection juridique de ces dernières.

La lutte contre la création des sociétés fictive était aussi délicate. C'est alors que dans un but de redynamisation et de sécurité du paysage économique français la loi n° 2003-721 du 1 août 2003 pour l'initiative économique a été adoptée.

La loi sur l'initiative économique a apporté un nouveau souffle pour les créateurs d'entreprises et a permis une création d'entreprise plus simple. En effet, l'adoption de la loi sur l'initiative économique a permis la mise en place de nouvelles dispositions qui permettent la création d'une entreprise beaucoup plus facilement mais aussi beaucoup plus rapidement. Mais alors concrètement qu'est-ce que la loi sur l'initiative numérique a changé pour les créateurs d'entreprises ?

 

I. Les nouvelles mesures

La loi ne fixe plus de capital minimum pour les SARL, celui-ci est donc selon le nouvel article L.223-2 du Code de commerce fixé librement par les statuts. Ceci permet de créer une entreprise avec moins de moyens, cependant il faut se méfier qu’une société avec un capital social faible aura une moins grande crédibilité financière.

La domiciliation de son entreprise chez soi : le code de commerce est modifié pour autoriser les personnes physiques à déclarer l’adresse de leur local d’habitation comme adresse de leur entreprise et y exercer une activité, dès lors qu’aucune disposition législative ou stipulation contractuelle ne s’y oppose.

De même si elles ne disposent pas d’établissement, les personnes physiques peuvent, à titre exclusif d’adresse de l’entreprise, déclarer celle de leur local d’habitation. Cette déclaration n’entraînant ni changement d’affectation des locaux, ni application du statut des baux commerciaux. Ces dispositions s’appliquent aussi aux personnes morales qui peuvent déclarer l’adresse de leur représentant légal.

La justification de la domiciliation pour les personnes morales : afin d’éviter les sièges sociaux fictifs, la loi est modifiée afin d’obliger les personnes morales demandant leur immatriculation au registre du commerce et des sociétés à justifier de la jouissance du ou des locaux où elles installent leur siège.

- le maintien des allocations-chômage pendant 18 mois pour le créateur d'entreprise en complément des revenus de son entreprise.

- la déduction d'impôt pour l'investissement dans une PME : En investissant dans le capital d'une entreprise créée par un proche, il est possible de bénéficier d'une diminution d'impôt (jusqu'à 10 000 € par an).

- le temps partiel pour création d'entreprise : Il est possible pendant 12 mois, de créer et de diriger une entreprise tout en restant salarié chez son ancien employeur. Il est aussi possible de demander un travail à temps partiel pour créer une entreprise, pendant 12 mois renouvelable.

- la déduction d'impôt des intérêts d'emprunts contractés pour reprendre une PME : Si vous empruntez pour reprendre une entreprise, vous pourrez désormais déduire vos intérêts d'emprunt jusqu'à 5 000 € par an de votre impôt sur le revenu.

Si l’entreprise est donnée à l'un de ses salariés, celui-ci sera complètement exonéré d'impôt sur les donations (si l'entreprise vaut moins de 300 000 €).

 

II – Les mesures retardées

La loi sur l’initiative économique a prévu plusieurs mesures qui seront effectives dès la publication du décret d’applications et d’autres qui ont été applicables à partir du 1er janvier 2004.

 

A – Les mesures effectives dès la publication du décret d’application

 

Le Récépissé de Création d'Entreprise (RCE) prévu par le nouvel article L. 123-9-1. du Code de commerce. Le responsable de l’immatriculation délivrera gratuitement un récépissé de dépôt de dossier de création d’entreprise à tout créateur d’entreprise dès que celui-ci aura déposé son dossier de demande d’immatriculation.

Ce récépissé permettra d’accomplir (sous la responsabilité personnelle de la personne physique ayant la qualité de commerçant ou qui agit au nom de la société en formation), les démarches nécessaires auprès des organismes publics et des organismes privés chargés d’une mission de service public. De même pour une immatriculation au répertoire des métiers pour un artisan (article 19 de la loi n° 96-603 du 5 juillet 1996), ainsi que pour les agriculteurs (L. 311-2-1 du Code rural)

L'immatriculation de l'entreprise en ligne : le code de commerce a été modifié pour permettre une procédure d’immatriculation de l’entreprise par voie électronique.

- la protection de la résidence principale : après déclaration au bureau des hypothèques, il est possible de rendre insaisissables les droits afférents à la résidence principale. Celle-ci sera dissociée du patrimoine de l’entreprise et ne pourra plus être prise en garantie par des créanciers

- les Fonds d'Investissement de Proximité (FIP) : En contribuant au Fonds d'Investissement de Proximité (FIP), il est possible de bénéficier d'une diminution d'impôt (jusqu'à 6 000 € par an)

- le déblocage des PEA, PEL et LEE pour investir dans la création d'entreprise : les fonds bloqués dans les PEA, les PEL et les LEE pourront être débloqués afin d’investir dans la création d’entreprise.

B – Les autres mesures

Les autres mesures de la loi, relatives à la transmission d'entreprise ou aux charges sociales des entrepreneurs, ont été applicables à partir du 1er janvier 2004.

 

_________________________________________________________________________________

Faites appel à notre cabinet d'avocats en cas de doutes ou de demande d'éclaircissements, nous sommes à votre disposition : téléphone : 01 43 37 75 63
_________________________________________________________________________

ARTICLES EN RELATION :

retour à la rubrique 'Autres articles'

Cet article a été rédigé pour offrir des informations utiles, des conseils juridiques pour une utilisation personnelle, ou professionnelle.

Il est mis à jour régulièrement, dans la mesure du possible, les lois évoluant régulièrement. Le cabinet ne peut donc être responsable de toute péremption ou de toute erreur juridique dans les articles du site.

Mais chaque cas est unique. Si vous avez une question précise à poser au cabinet d’avocats, dont vous ne trouvez pas la réponse sur le site, vous pouvez nous téléphoner au 01 43 37 75 63.

| Conditions d'utilisation du site: IDDN | | Contacts | Plan d'accès | English version |
| C G V | Sommaire | Plan | recherche | Internet | Vie des sociétés | Vie quotidienne | Services en ligne | Votre question? |
Connexion sécurisé ssl 256
Nous joindre - Tel : 0143377563
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
Partager
Suivre: Facebook Avocat Paris Linkedin Avocat Paris Tumblr Avocat Paris Twitter Avocat Paris Google+ Avocat Paris App.net portage salarial RSS Valide!
Retour en haut