LE CONGE INDIVIDUEL DE FORMATION

Le CIF est réglementé par le Code du travail, aux articles L.931-1 à L.931-12 et R.931-1 (décret n° 94-399 du 18.05.94) à R. 931-11.

Tout salarié, qu’il soit en CDD, CDI ou intérimaire, peut faire la demande d’un congé individuel de formation : celui-ci lui permet de concrétiser un projet personnel, sans rapport avec le plan de formation de l’entreprise, tout en étant rémunéré pendant la durée de la formation.

Le congé individuel de formation permet au salarié de suivre à son initiative et à titre individuel, des actions de formation (cursus universitaire ou stage proposé par un organisme privé) indépendamment de sa participation aux actions de formation comprises dans le plan de formation de l'entreprise. L’objectif est d'accéder à un niveau supérieur de qualification, de changer d'activité ou de profession ou de s'ouvrir plus largement à la vie sociale.

Le congé visé au premier alinéa peut également être accordé à un salarié pour préparer et pour passer un examen pour l'obtention d'un titre ou diplôme au sens de l'article 8 de la loi n° 71-577 du 16 juillet 1971 d'orientation sur l'enseignement technologique.

Une condition d'ancienneté est nécessaire pour bénéficier du CIF : 24 mois consécutifs ou non (36 mois pour les entreprises artisanales de moins de 10 salariés) comme salarié dont 12 mois dans l'entreprise.

La condition d'ancienneté n'est pas exigée des salariés qui ont changé d'emploi à la suite d'un licenciement pour motif économique et qui n'ont pas suivi un stage de formation entre le moment de leur licenciement et celui de leur réemploi.

Un certain temps appelé "délai de franchise" entre deux congés individuel de formation doit être respecté. Sa durée qui dépend de celle du précédent CIF ne peut être inférieure à six mois ni supérieure à 6 ans. La durée maximale du CIF est fixée à un an (de date à date) s’il s’agit d’une formation à temps plein, à 1200 heures si elle est à temps partiel ou s’il s’agit d’un cycle avec des enseignements discontinus. Des accords de branches ou d'entreprises peuvent prévoir des durées plus longues.

Un CIF spécifique a été créé au profit des salariés en CDD pouvant justifier de 24 mois, consécutifs ou non, de salariat au cours des 5 dernières années, dont 4 mois, consécutifs ou non, sous contrat à durée déterminée (CDD) au cours des 12 derniers mois, ces délais étant décomptés à partir de la dernière rupture d’un CDD.

Le congé individuel se déroulant à l’issue du CDD, il n’y a pas de demande à formuler auprès de l’employeur. Le salarié doit s’adresser directement à l’organisme paritaire qui finance le CIF dont dépend l’entreprise dans laquelle il a réalisé son dernier CDD.

La formation doit commencer au plus tard 12 mois après le terme du dernier CDD. Les salariés dont la demande a été acceptée par l’organisme paritaire ont droit à une rémunération égale à un pourcentage du salaire moyen perçu au cours des 4 derniers mois sous CDD.

Ne sont pas prise en compte dans le calcul de l’ancienneté des 4 mois sous CDD :

Pour obtenir le congé individuel de formation il faut s’adresser à la direction de l’entreprise. Le salarié doit formuler sa demande :

Le bénéfice du congé est de droit sauf si l'employeur estime, après avis du comité d'entreprise ou des délégués du personnel, que l'absence pourrait avoir des conséquences préjudiciables à la bonne marche de l'entreprise. L'employeur doit donner sa réponse dans les 30 jours suivant la réception de la demande, réponse qui peut être un accord, un rejet ou un report.

Le législateur a prévu un pourcentage maximal d'absences simultanées pour formation, pourcentage au-delà duquel les demandes peuvent être différées par l'employeur :

Le contrat de travail est suspendu, pendant la durée du CIF, mais le salarié conserve certains avantages :

si le CIF est à temps partiel, le salarié travaille dans l’entreprise en dehors des périodes de formation.

Le salarié a droit à une rémunération pendant le stage si celui-ci est pris en charge par l’organisme agréé (OPACIF).

Cet organisme peut prendre en charge tout ou partie du financement de la formation (frais d’inscription, perte de salaire pendant le stage, frais de transport ou d’hébergement).

Pour bénéficier d'une prise en charge financière, le salarié, une fois avoir obtenu l’autorisation d’absence de l’employeur, doit adresser une demande de financement auprès de l’organisme auquel cotise l’entreprise. En cas de réponse négative, un recours est possible :

Si la durée du congé est supérieure à un an ou 1 200 heures à temps partiel, le montant de la rémunération est égal :

LIENS CONNEXES

retour à la rubrique 'Autres articles'

Cet article a été rédigé pour offrir des informations utiles, des conseils juridiques pour une utilisation personnelle, ou professionnelle.

Il est mis à jour régulièrement, dans la mesure du possible, les lois évoluant régulièrement. Le cabinet ne peut donc être responsable de toute péremption ou de toute erreur juridique dans les articles du site.

Mais chaque cas est unique. Si vous avez une question précise à poser au cabinet d’avocats, dont vous ne trouvez pas la réponse sur le site, vous pouvez nous téléphoner au 01 43 37 75 63.

| Conditions d'utilisation du site: IDDN | | Contacts | Plan d'accès | English version |
| C G V | Sommaire | Plan | recherche | Internet | Vie des sociétés | Vie quotidienne | Services en ligne | Votre question? |
Connexion sécurisé ssl 256
Nous joindre - Tel : 0143377563
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
Share Suivre: Facebook Avocat Paris Linkedin Avocat Paris Tumblr Avocat Paris Twitter Avocat Paris Google+ Avocat Paris App.net portage salarial RSS Valide!
Retour en haut